Le calibre 12, dans tous ses états !!!

De l’influence du passé…tout simplement pour dire qu’il entre en force ici dans le monde de la chasse actuelle, la base étant la livre de plomb ancienne 0.4956kg , les calibres principaux que sont le 12, le 16, et le 20 en sont en sont des sous multiples… je m’explique ;
l’origine de cela est la livre de plomb pur soit 489 g de plomb pur de densité 11.35  dans lequel on fabrique 12 billes de plomb égales qui ont 18.5 mm de diamètre pour le 12 Et 20 billes égales en tout point identiques pour le calibre 20, soit un
diamètre de 15.6mm.
Nous ne parlerons pas du désuet calibre 16 qui subsiste au râteliers des nostalgiques d’un autre temps qui auraient souhaité chasser avec un douze, et qui se rabattaient sur un 16, bien plus abordable tant en prix d’achat qu’en cartouches. En ce 21 ème siècle, par souci de bonne gestion d’entreprise, de
simplification des productions, deux calibres sont plus simples à fabriquer tant en armes qu’en cartouches pléthoriques au demeurant.
A la munition à grenaille de plomb sont venues s’ajouter les cartouches, à croisillon simple et dispersantes, les cartouches à bourre grasse, à jupe, les balles brenneke, flèche, diabolo , les balles sous calibrées, les slugs chemisés autan de références
Finalement, dame pollution nous a contraint à nous éloigner du plomb polluant, saturnisme oblige, nous avons aussi « entendu chuchoter le terrible mot de cancer » pour nous proposer des cartouches dites « acier » qui s’utilisent en zone humide, en chasse
au bord de l’eau qui sont obligatoires sous peine d’amende en cas de contrôle.
Là encore chaque encartoucheur y est allé de sa recette : cartouche de substitut au plomb, au tungstène, au sphéro-tungstène, au bismuth  dont le plus grand effet fut sûrement de détourner un nombre incalculable de chasseur de leur passion favorite, parce
devenue assez compliquée.
Obligation nouvelle, le remplacement de l’arme par un fusil plus adapté au tir de charges plus importantes, plus puissantes dont l’épreuve au banc d’ essai de Saint Etienne soumet les chambres des canons à des contraintes mécaniques plus fortes pour laquelle une
épreuve minimale de 1370 bars de pression est validée par l’estampage d‘une fleur de lys sur les canons homologués.
Le propre de l’humain de tout temps reste le culte du « toujours plus » nous avons donc crée les cartouches « magnum » dans quasiment tous les calibres. Leur but est de majorer la charge de projectiles et conséquemment la densité des gerbes de projectiles et
donc le nombre d’atteintes mortelles sur le gibier … lorsqu’on sait qu’il suffit de 7 plombs voire moins pour que le gibier soit foudroyé !!!
Les gerbes de projectiles devenaient plus fournies. Chaque douze magnum voit sa charge passer de 42 grammes à 54 gramme de plomb, son petit parent direct le calibre 20 magnum lui, devient capable de tirer des charges courantes de 32 grammes de
projectiles soit, la charge de son aîné le 12 !!! Il présente l’incontestable avantage de chasser plus léger, avec un fusil plus maniable et donc plus agréable avec cependant un inconvénient mineur, la gerbe létale est plus étroite, mieux vaut être une fine
gâchette comme le dit l’expression populaire.

19 article(s)

par page

Définir Direction Descendante

19 article(s)

par page

Définir Direction Descendante